Exhibition Creuseurs de rêves

Le CEGEMI a organisé avec l’Institut français de Bukavu une exposition dénommée “Creuseurs de rêves”, du 9 avril au 7 mai 2022.

A l’ouverture, différentes recherches sur la vie socio-économique des creuseurs ont été présentées. Regardez la video ici.

A la clôture, les présentations se sont focalisées sur la thématique de la santé-environement dans les mines.

Le premier exposé a porté sur la santé des femmes dans les mines (Sara Geenen, phd)

La présence des femmes dans les mines est due par nécessité de l’activité minière qui par nature a un long processus de production fragmenté en de petites tâches exigeant le service des femmes, par contrainte de la vie ou par choix (il y a des femmes qui se sentent très à l’aise dans la mine et qui ne souhaitent plus y quitter). Ces activités font que les femmes dans les mines vieillissent vite. Certaines femmes œuvrant dans les mines témoignent que leur santé est moins bonne depuis qu’elles ont intégré le secteur. Ce qui amène à se questionner sur les problèmes des femmes dans les mines. Ces problèmes sont multiples et complexes. Dans ce cas de figure nous nous limitons à citer les plus récurrents et qui affectent un grand nombre : infection urinaire due aux conditions hygiéniques déplorables, éboulement et asphyxie et les accidents de travail.

Au regard de ces réalités, quelques actions doivent être menées, entre autre : la sensibilisation sur la santé et l’environnement, la promotion des activités alternatives à l’exploitation minière, l’amélioration de l’accès aux soins de santé de qualité, etc.

Le second exposé a porté sur “technologie (ir) responsable dans l’orpaillage : quel risque pour l’environnement et la santé?” (Bossissi Nkuba, phd)

Les mines, au-delà d’être source d’enrichissement pour une nation, causent multiples dégâts à l’environnement et à la santé humaine. Il s’agit entre autre de la déforestation, la dégradation du sol, le changement climatique et la pollution des eaux. Le fléau sanitaire engendré par l’exploitation minière (tuberculose et silicose, intoxication carbone monotone) est accentué par l’absence d’un mécanisme de protection sociale adéquat.

Plusieurs pistes de solutions sont envisageables, à savoir : adopter une technologie responsable et améliorer l’accès à ce type des technologies, formaliser le secteur minier, faire des études d’impact environnemental, mettre en place un plan de gestion de risque, etc.

Le troisième exposé a porté sur “Impact des métaux lourds dans la malformation congénitale affectant le système nerveux  (Dr. Paterne Safari)

La malformation congénitale est abordée ici dans le contexte de malformations physique et mentale des enfants nés ou vivant dans les zones minières.  Cette malformation affecte le système nerveux et est due au transport manuel des métaux lourds, aux déchets miniers mal gérés, au dépôt des minerais dans une maison habitée, à l’exposition au processus d’épuration des minerais et aux produits toxiques lors du traitement des minerais. Les pathologies peuvent ne pas être visibles chez le sujet qui participe directement aux activités minières mais se transmettent chez l’enfant.

La question qui peut être approfondie est de savoir comment prévenir ces pathologies et comment traiter les cas existants.

Pour plus de détails sur cette étude et les deux autres travaux précédants consultez les liens ci-après: CEGEMI exhibition closing event 07-05-2022 Santé des femmes dans les mines

IMG_2964 IMG_2952IMG_3154 IMG_3139IMG_3130 IMG_3102

A propos du photographe

Robert Carrubba  est photographe et cinéaste diplômé en littérature anglaise et en linguistique coréenne de l’université Sgang de Séoul, en Corée du Sud. Il s’intéresse aux questions de conservation et aux façons dont les gens vivent, travaillent et s’expriment. Depuis 2016, il travaille en DRC. Ses projets collaboratifs photo-textuels, expositions et films en RDC incluent WEWA ! Les taxi-moto de Kinshasa (2016), De l’extraction au produit final : Suivre le réseau de production artisanale d’or dans l’est de la RD Congo (2017), Gestes – Outils – Moteurs – Sols (2021) et Ecogardiens du parc national de Kahuzi-Biega (2021). Il a été instructeur pour les Master Classes de photographie des Instituts nationaux de la culture de l’Union Européenne à Kinshasa, et consultant pour la création du premier département universitaire de photographie en RDC. Il aime collaborer avec des experts en la matière, des instituts, des organisations gouvernementales et des ONG, afin de proposer des photo-essais précis et informatifs.

Il a réalisé les photos présentées dans Creuseurs des rêves (2022) pour illustrer les recherches sur l’exploitation minière artisanale menées par Ben Radley, Gabriel Kamundala et Simon Marijsse. Les photos ont été réalisées en 2017 et 2021. Robert est cofondateur de Wildlife Messengers, une ONG créée dans le but de communiquer les résultats de la recherche scientifique à divers publics cibles.